Une cure de vitalité à Aix les Bains

Après les fêtes, les plats au fromage pour se réchauffer, les chocolats de la Saint Valentin et de Pâques, si on s’offrait une cure de vitalité afin de sortir de l’hiver en pleine forme ? Direction Aix les bains et les thermes Chevalley qui ont justement créé des cures de 6 jours, à destination des femmes actives (qui n’ont pas trois semaines à consacrer à un séjour thermal traditionnel).

Pour ces cures d’une semaine, aucune prescription médicale n’est demandée. Val Vital propose a thématiques différentes (mains, spécial dos, détente et bien-être). La nouvelle formule est la cure vitalité, proposée à partir du 15 avril. Elle associe soins thermaux et activité physique quotidienne.

Les bienfaits de l’eau thermale
L’eau thermale d’Aix les Bains est reconnue pour le traitement des rhumatismes et de la phlébologie. La cure vitalité permet d’essayer 16 soins thermaux, comme l’application de boue chaude ou encore le modelage sous eau pour stimuler la circulation et la décontraction musculaire. Le Berthollaix est le soin phare des thermes Chevalley. C’est un enveloppement de vapeur localisé sur le dos, avec une température de 35 à 45°C pour des propriétés anti-inflammatoires. Autre pratique à tester, le Vitalaix. Dans un couloir de marche au sol recouvert de galets plus ou moins gros, on déambule dans 70 cm d’eau froide, ce qui favorise le retour veineux.

Bouger pour retrouver forme et tonus
Dans le magnifique cadre de la Riviera des Alpes, les curistes pratiquent 45 minutes d’activité physique quotidienne. Au menu : circuit training pour solliciter tout le corps, fit step pour sculpter le bas du corps, yoga dynamique pour le lâcher prise et l’endurance, pilates aquatiques pour travailler la concentration et la fluidité du geste… L’entrée au spa permet également de profiter des cours d’aquagym et d’accéder à la salle de sport. On peut ainsi tester plusieurs cours sans avoir besoin de s’inscrire dans une salle pour voir ce qui nous convient le mieux.

www.valvital.fr

Photos : (c) Val Vital et Lorène Herrero