Des petites flammes aux douces senteurs bio

Au coeur de l’hiver, les bougies réchauffent les âmes. Disposées çà et là dans les intérieurs, elles trouvent toujours la bonne place et contribuent au cocooning.
Dans son atelier de Marlioz, Laëtitia Vanackère est une vraie cirière. Elle travaille avec amour dans le respect de la nature et de l’humain.

Quelle est la composition des bougies ?
J’utilise la cire de colza sans OGM produite en Europe, la même qui offre de l’huile. Elle a une excellente rétention des parfums et ne produit pas de fumées toxiques. Sa qualité « grasse» en fait une cire à combustion lente. Une bougie composée de 80 grammes de cire dure environ 25 heures. La cire est coulée au bain marie pour la maintenir à température constante. C’est quand elle refroidit que j’introduis le parfum.

Comment choisissez-vous vos parfums ?
J’ai en tête une image «olfactive» que je traduis ensuite avec les odeurs, comme par exemple « Comme en Savoie » qui fait penser aux forêts de chez nous, une association de cèdre, sapin, menthe poivrée, mousse de chêne. Pour «Delice de colibris» l’idée a germé lorsque j’ai visité le parc des oiseaux dans les Dombes. Ce bel oiseau m’a inspiré. Je pioche dans mon étagère à senteur et je compose. Les fragances sont élaborées à Grasse et sont exemptes de produits toxiques. Les huiles essentielles sont 100 % naturelles.

Et les mèches ?
Ce sont des mèches en bambou (ou en coton) à combustion lente. Elles crépitent en se consumant. L’ambiance sonore est agréable, comme un petit feu de bois.

Quel est votre mode de vie ?
L’artisanat est pour moi un mode de vie, pas toujours évident, mais j’aime l’idée qu’à ma petite échelle, j’apporte ma pierre à l’édifice d’un «Demain» plus beau et plus propre.

→ Plus d’infos