Nuit en refuge

Pourquoi ne pas passer la nuit au frais, en altitude ?  Découvrez six idées, en Savoie Mont Blanc. J’irais dormir en refuge… à pied, en train, en famille ou encore en VTT.

En train

Pas besoin de longues heures de marche pour rejoindre ce refuge. A Chamonix, il suffit d’embarquer à bord du train à crémaillère. Le refuge du Montenvers a été construit en 1880. Dernièrement repris par la maison Sibuet, l’établissement a gardé sa façade reconnaissable. L’intérieur a été entièrement repensé : 19 chambres avec salles de bain, 4 chambres familiales et un dortoir de 10 couchages dont 2 lits doubles. La décoration est pensée avec goût, comme dans tous les établissements de la famille Sibuet. Les portes des chambres rendent hommages aux personnalité venues à la Mer de Glace (Chateaubriand, Alexandre Dumas…)  ou à des ascensions célèbres. Les boiseries d’origine ont été conservées et habillent les murs en renforçant ce « côté refuge ». Pour les tribus, il est possible de privatiser le dortoir.
A partir de 90€ par personne en demi-pension – www.montenvers.terminal-neige.com

En famille

En Maurienne, non loin de la station de Valmeinier, on prend la direction du Mont Thabor. Le chemin (accessible aux familles) serpente le long d’un ruisseau glougloutant dans la vallée de la Neuvache et de ses charmantes montagnettes, aux constructions de pierre.

En chemin, n’oubliez pas le détour par le lac vert qui doit son nom à la couleur de ses eaux. Dans l’alpage, au pied des pentes minérales, le refuge de Terre Rouge se dessine. Fraichement construit par Marie-Paule Faugeras et Denis Noraz (à grand renfort d’hélicoptère), il fait partie des refuges « nouveau genre », avec des dortoirs de 4 à 10 places, douche chaude et coin salon dans la salle commune. Le soir, en demi-pension, petits et grands se régalent d’un rougail-saucisse qui remplace le traditionnel diot polente, selon une recette ramenée de l’île de la Réunion par Marie-Paule a, tout comme les rideaux chamarrés.
Demi-pension 49€/24.50€ (enf. -6 ans) – www.refuge-terre-rouge.fr

En VTT avec (ou sans) assistance électrique

Au départ du plan d’eau des Menuires, on enfourche sa monture, un VTT à assistance électrique. C’est parti, direction le nouveau refuge du Lac du Lou, pensé par Emmanuel Ritz (architecte à Chambéry).

En une grosse demi-heure, vous voilà arrivés au bord du lac et du refuge. Ouvert depuis cet hiver, ce refuge nouvelle génération peut accueillir 31 personnes, avec 19 couchages dans 3 chambres et 12 couchages dans l’ancien refuge. Depuis la terrasse, la vue s’étend sur les montagnes et le lac. La gardienne, Alexandrine Dessalles propose une restauration végétarienne à base de produits bio ou locaux.
Demi-pension 49€/37€ (enf.) – En hiver, accessible en ski de randonnée ou raquettes.
Infos refuge : 07 70 22 86 79 ou https://lesmenuires.com/tourism

En plein cœur du Parc National de la Vanoise

En Vanoise, le refuge de La Glière, sur la commune de Champagny -en-Vanoise est également accessible en VTT. C’est justement le seul itinéraire du Parc National de la Vanoise ouvert aux vélos, pour atteindre le chalet de Grand Plan.

La piste d’alpage débute au Laisonnay, dans le vallon classé de Champagny-le-Haut. En chemin on observe les glaciers et les marmottes à foison. Récemment rénové, le refuge dispose de confortables dortoirs de 4 personnes, salon avec poêle et canapé. La gardienne, Anne Flore Aufrère propose une restauration faite maison et à l’huile de coude (pas d’électricité, seulement des panneaux solaires).
Demi-pension 41€ en dortoir/10€ (enf. -5 ans) – www.refugedelagliere.fr

En télécabineDans la vallée des Belleville, sautez dans une benne de la télécabine du Saint Martin 1 et au sommet, 20 minutes de descente vous permettent de rejoindre le refuge Le trait d’union. Ce charmant chalet d’alpage, rénové en 2017, dispose de 3 chambres et 8 couchages. Ici tout le confort : pantoufles, salle de bain et bain nordique sur réservation. La maîtresse des lieux Viviane Hudry propose une cuisine simple et entièrement maison : cuisine à la plancha en terrasse le midi et fondue (fromage et vigneronne) le soir. Les produits locaux et légumes du jardin sont à l’honneur dans les assiettes. Pour redescendre, on rejoint le hameau de St Marcel en à peine 30 minutes de marche.
Nuit avec PDJ 28€ – fondue 15 à 17€ www.letraitdunion-les3vallees.fr

A deux pas de l’Italie

Ce n’est pas un refuge me direz-vous, puisque l’on peut y venir en voiture ! Cet établissement atypique mérite cependant le détour, à quelques mètres de la frontière italienne, au col du Petit Saint-Bernard. C’est aussi l’occasion d’échapper à la canicule, Depuis 2014, l’hospice du Petit Saint-Bernard propose hébergement et restauration (dont la planche mêlant fromages et charcuteries de France et d’Italie). 31 lits sont répartis dans 7 chambres de 2 à 8 personnes. Le maitre des lieux Grégory Henry et son chien, Loyd, un Saint Bernard de 3 ans accueillent les clients 24/24, comme dans… un hospice. Le bâtiment abrite également un point information franco-italien et des expositions : l’histoire du col, la météo de montagne…
Nuit avec PDJ 33.50€ – www.larosiere.net/hebergement/gite-de-lhospice-du-petit-saint-bernard/

Photos (c) Lorène Herrero