Marion Bertolini crée et confectionne des robes de mariées made in Savoie

En 2014, Marion Bertolini se met à son compte et lance sa marque Franka made in Savoie. Elle commence par confectionner des robes de cocktail en prêt-à-porter, puis en 2017 se tourne vers les robes de mariées qu’elle réalise de A à Z, du dessin au dernier coup de ciseaux.

   

Marion Bertolini aura 29 ans en juillet 2018 et elle est « heureuse et épanouie .
C’est une belle année pour Franka », sa marque de robe de mariée. Si elle a débuté à son compte en juin 2014 en proposant des robes de cocktail en prêt-à-porter, c’est seulement en septembre 2017 qu’elle lance sa gamme de robes de mariées.

Sa sœur Valentina lui demande de lui confectionner la robe de son mariage et c’est le déclencheur. Marion aime par-dessus tout les belles matières. « Le plaisir, c’est de travailler les matières, la dentelle de Calais, la soie. Les matières nobles m’ont toujours attirée, les perles de culture, les strass… »
Juste après le mariage de sa sœur, elle va d’ailleurs se former un an chez Hermès à l’atelier d’Aix-les-Bains pour acquérir un nouveau savoir-faire. « Je travaillais les accessoires et je voulais me spécialiser dans le cuir. J’ai acquis ce savoir-faire d’excellence des sacs à main de luxe pour le réutiliser chez Franka. Je passe le diplôme en juin. »
D’ici là, la jeune styliste s’attelle à faire connaître sa marque. Elle était présente à son premier salon du mariage en janvier 2018, a enchaîné avec une boutique éphémère en février. De quoi remplir le carnet de commandes jusqu’au prochain salon du mariage, en octobre à Annecy. Marion a quatre robes de mariées à confectionner et elle attend encore des réponses à des devis qu’elle a établis.

La créatrice travaille sur une ligne de modèles, des pièces uniques, baptisées « les Exclusives » et propose aussi du sur-mesure. « Je travaille sur rendez-vous où j’apprends à connaître la mariée, sa morphologie, ses goûts. Ensuite, je lui propose un dessin avec le devis ». Une fois ce dernier accepté, Marion se met à la couture. Elle a une technique particulière. « Je travaille principalement à la main. C’est mon savoir-faire. Je suis styliste modéliste, je couds directement sur mon mannequin. » Sa dernière cliente sera livrée dans 3 mois, « c’est un minimum, moins c’est compliqué ». La jeune femme rechigne à donner un temps passé à la confection d’une robe. « C’est une passion, je n’ai pas de temps défini, c’est un plaisir ».

Une envie qui lui vient de l’enfance, quand elle accompagnait sa mère photographe chercher des fonds photo. « C’était une véritable caverne d’Ali Baba où il y avait des tissus qui n’étaient pas rangés. Il y en avait tellement que ça m’intriguait ». Alors, quand à 18 ans, il faut choisir sa voie, elle choisit la couture.
Une fois diplômée, elle devient styliste chaussure à Marseille et puis vendeuse dans des boutiques de luxe en Suisse jusqu’en 2014. Là, le décès de son père a tout changé. « Il est mort en janvier et j’ai créé ma marque Franka en hommage à lui. Il s’appelait Franck et le a c’est pour avenir. Ça a été un électrochoc, je pensais que c’était le bon moment de me lancer à mon compte. »

Pour en savoir plus sur Franka Création :
Visitez le site franka-creation.com
@Franka

A lire aussi sur Franka