Les Tatueuses ou le skinjackin’ au féminin

Wanted ! Depuis l’été dernier, vous avez sûrement croisé ici ou là ce duo de hors-la-loi…Parcourant les terres sauvages de la Haute-Savoie, les illustratrices professionnelles Elodie Balandras & Anaïs Bouëxière n’hésitent pas à prendre votre peau en otage pour y apposer sans vergogne leur marque personnelle… Mais réjouissez-vous bande de mauviettes, ce n’est que pour un temps !

Rencontre avec ces pionnières de l’ouest qui ont l’illustration dans la peau.

Comment sont nées Les Tatueuses ?

“Du mouvement « Skinjackin’ », un collectif international d’artistes en tout genre qui proposent lors d’évènements live des tatouages temporaires colorés, originaux et décalés. Nous avions envie de reprendre le concept en l’adaptant à un public jeunesse, en lien avec nos activités respectives.

J’adore l’idée. Mais en quoi consiste exactement le skinjackin’ ?

Ce sont des dessins éphémères réalisés directement sur la peau. Comme nous travaillons sans pochoirs et avec des feutres à l’eau, les tatouages sont tous différents et bien sûr personnalisables selon les envies. Objets, animaux, symboles, personnages… Tout est possible, c’est un véritable défi !

Et pourquoi avoir choisi ce nom ?

Les skinjackers n’ont qu’un seul but : le fun. Se présentant tel un équipage de pirates, ils « assaillent » les participants des évènements où ils sont présents. Dans un esprit un peu western, un peu rebelle, le mot « Tatueuses » suit cette idée, avec un clin d’oeil au côté irrévérencieux et non conventionnel de la démarche.

Ca ne manque pas d’originalité en effet, un duo au top !

A vrai dire, cela faisait un petit moment que nous voulions faire quelque chose ensemble, au-delà de nos travaux personnels, avec le désir de bousculer nos routines et de prendre des risques. Proposer une activité créative « sur-mesure » lors d’un rendez-vous territorial nous plaisait aussi beaucoup.

Quel genre d’évènement ? 

Jusqu’à présent, nous avons participé à différentes manifestations publiques, comme des festivals ou des salons du livre. Les participants mais aussi les collectivités et les offices du tourisme sont toujours très enthousiastes et nous sommes ravies du bon accueil que reçoivent Les Tatueuses.

Peut-on aller jusqu’à comparer le skinjackin’ à un happening ?

Oui et non. Bien sûr il s’agit d’une prestation artistique instantanée et inédite – « sans filet » basée sur la spontanéité et l’improvisation, à l’instar d’une « performance », mais nous restons une animation thématique associée à un événement que nous souhaitons avant tout valoriser.

C’est-à-dire ?

A l’occasion du dernier Festival des P’tits Malins organisé par la MAL (Maison des Arts du Léman) à Thonon par exemple, nous avons imaginé des planches basées sur l’acronyme « MAL » : MALfaiteur, MALdives, MALéfique, etc. C’était un lien sympa et décalé avec l’évènement, toujours dans l’esprit facétieux du skinjackin’.

MALin. Et le futur, vous l’imaginez comment ?

Tatoué (rires) ! Plus sérieusement, nous aimerions renforcer l’idée initiale d’un collectif de talents et « agrandir le cercle », en ouvrant notre porte à d’autres artistes, hommes et femmes. Et pourquoi pas participer à des événements privés, ou encore tous âges, ce qui nous permettrait de relever un nouveau défi : tatouer des adultes !

Avant de se quitter, un coup de cœur local à partager ?

Sans hésiter le réseau Interbibliothèques de Thonon agglomération : accessible et gratuit sous conditions, il est animé par des professionnels et bénévoles dont la passion est communicative. Sans oublier les riches et nombreux événements proposés tout au long de l’année !

Crédits photos : ©Les Tatueuses