L’architecture au féminin

Le métier d’architecte serait-il encore trop exercé par des hommes ? On pourrait le croire car moins de 10 % des femmes architectes dirigent leur cabinet en France.

La Maison de l’Architecture 74 organise un ciné débat

le 7 mars à 18 h 30 au cinéma de la MJC de Novel à Annecy, avec la projection de « Femme architecte »,

en présence du réalisateur Thierry Mercadal. Venez rencontrer des femmes architectes et échanger lors de discussions passionnées. Point de vue de Fabienne Carat, architecte à Annecy-le-Vieux :

Comment s’aiguise votre sensibilité féminine ?

Je me sens touchée quand les habitants des constructions que je conçois se sentent bien dans leurs murs, tant sur la réhabilitation que sur le neuf. J’essaye de donner au maximum du soleil, de la lumière et bien sûr de la qualité. Je me mets le plus possible à la place de ceux qui vont vivre dans mes réalisations. Je n’aime pas imposer un style et des idées, mais je sais résister aussi à des commandes pour lesquelles ma fibre est insensible.

Quelles sont vos formes fétiches ?

Je privilégie la simplicité. J’aime ce qui est sobre. Par contre, je me plais à créer un évènement sur une façade pour rompre la monotonie et créer ainsi un nouvel équilibre. Une courbe qui traverse un parallélépipède par exemple ou une courbe qui rompt la dureté dans un univers de béton. En réhabilitation, tout en conservant les volumes, je travaille sur les ouvertures et rajoute des éléments contemporains.

Vos couleurs coup de coeur ?

Il convient de s’inscrire dans une tendance générale. Actuellement, j’ai un penchant pour l’orange potiron avec des gris soutenus. Le gris contrasté avec du blanc ou une autre couleur se réhabilite parfaitement. Fini la connotation du gris terne.

Et les matières ?

En réhabilitation, je travaille le bois pour des brises soleil par exemple en zone rurale. En zone urbaine, je préfère l’alternance du béton avec des panneaux en bois composite «Trespa »

Quel oeil féminin portez vous sur l’architecture actuelle ?

Elle me parait un peu monolithique en raison des exigences thermiques et accessibilité des personnes à mobilité réduite. J’aimerais retravailler l’ornementation et la décoration tels que des portes ou des gardes corps. Ce n’est pas facile en raison des contraintes budgétaires et règlementaires issues des documents d’urbanisme. Je me sens frustrée parfois…C’est dommage. Je prends ces contraintes tel un défi supplémentaire pour trouver de nouvelles astuces techniques qui feront entrer la lumière dans des endroits à priori improbables. Je prends cela comme un challenge ludique. C’est plus facile en réhabilitation que dans du neuf.

Plus d’infos