Kimonos étourdissants

© The Trustees of the Chester Beatty, Dublin

Exposition chamarrée inscrite sous le signe de la sensualité. «Asia Chic» à la Fondation Baur-Musée des arts d’Extrême Orient met en lumière les tissus soyeux d’Asie mais surtout les kimonos en regard avec la mode des années folles. 

L’Orient et la Chine inspirent les grands créateurs parisiens qui réinterprétent la fluidité du kimono dans des drapés croisés et sensuels et des manches extra larges pour laisser les femmes libres de leurs mouvements. 

Affiches au frou-frou soyeux et kimonos merveilleux pour libérer les corps des femmes des années folles du corset et s’habiller en conformité avec leurs nouvelles activités : réceptions, sport, loisirs et profession. Leurs vêtements inspirés du kimono deviennent teintés d’exotisme, d’élégance et de nouveauté. 

On découvre aussi dans cette exposition, des matières nouvelles arrivées à l’époque des années 20 comme le cristal de roche ou la laque. Les jeux d’os et de bambou font fureur et sont même très branchés. 

Alfred Baur grand collectionneur

Né près de Zurich en 1865, il fonde une entreprise d’engrais organiques sur l’île de Ceylan. Il s’installe à Genève en 1906, ville de son épouse Eugène Baur-Duret. Il conserve cependant la direction de son entreprise qu’il continue à diversifier par l’acquisition de plantations de thé. Il se met à collectionner des jades chinois et des objets d’art japonais (céramiques, ornements de sabres, laques…) Passionné de céramiques chinoises, il constitue un fonds exceptionnel dès 1928. Quelque soit la matière, Alfred Baur recherche l’excellence des oeuvres techniquement et esthétiquement parfaites. 

C’est peu avant sa mort en 1951, qu’il acquiert un hôtel particulier pour y installer ses collections. Le musée ouvre ses portes en 1964. En 2012, le maître de thé genevois Philippe Neeser, lettré japonais, fait don à la fondation Baur de 470 pièces d’objets japonais du thé réunies pendant plus de 30 ans.

 

Plus d’infos