Episode 1 – Diane Gounel, d’amour et de… vin frais

Le vin de Savoie, c’est 20 dénominations géographiques, 2100 hectares, 25 cépages et cela sur 4 départements. L’appellation est réputée pour ses vins blancs et rouges (j’en parlais ici) et l’univers est plutôt masculin. Parmi ces vignerons, Diane Gounel a su se faire une place.

Diane Gounel est originaire d’un petit village vers Montpellier. Son grand-père était directeur d’une cave coopérative et son père possède des vignes. C’est donc naturellement qu’elle se dirige vers des études d’œnologie en Bourgogne. Elle rencontre alors le père de ses enfants, Benjamin étudiant à Beaune et possédant un vignoble familial à Saint-Pierre d’Albigny.

Le jeune Domaine Vendange
Avec son conjoint, Benjamin Vendange, ils créent le Domaine Vendange en 2015. Auparavant, la famille de Benjamin cultivait le raisin, mais n’assurait pas sa vinification. Parallèlement, ils exploitent une pépinière viticole. Le Domaine Vendange s’étale sur une dizaine d’hectares, au Miolanet. Le couple cultive six cépages : altesse, mondeuse, jacquère, pinot, chardonnay et gamay. Ils produisent entre 20 et 30 000 bouteilles par an, avec huit vins différents : du rosé, du crémant de Savoie, 4 blancs et 2 rouges. Leur rosé a déjà obtenu deux médailles d’argent au Mondial du rosé à Cannes. D’autres vins se sont illustrés aux Trophées des Vins de Savoie. Le guide Hachette les a également cités.

Un métier créatif
« Dans l’œnologie, il y a une part créative. Faire du vin, c’est comme une recette, qui change à chaque cuvée. C’est un travail sur toute une année. Et puis, créer un domaine, c’est partir de rien. Il y avait aussi tout le côté marketing, comme le design des étiquettes », explique la viticultrice. Diane et Benjamin travaillent en couple, mais effectuent des taches complémentaires. « Pour nous, c’est plus qu’un métier, c’est une passion. C’est une chance de vivre cela à 2 et d’avoir créé un domaine. Globalement, c’est bien que la viticulture se soit ouverte aux femmes. En œnologie nous avons un palet différent, et cela apporte un nouvel intérêt », ajoute Diane. Leur rosé s’appelle « Mademoiselle A », une initiale en allusion au prénom de leur fille Anaïs. Ils ont dédié le pinot à leur fils Hugo. Le couple projette de créer son caveau et de réfléchir à la culture bio, même si cela semble risqué.

www.domaine-vendange.com – vente de vin sur place, sur RDV