Deux amazones armées jusqu’aux livres

Nouvelle formule littéraire à Annecy depuis le 21 août. Enfin une librairie-café ! Au bord bord du canal, dans le passage Gruffaz, Bénédicte libraire d’expérience et Isabelle passionnée de littérature, notamment les polars, invitent le lecteur à prendre son temps.
Parce qu’un livre, cela se discute, se savoure, se touche, se feuillette.
Rencontre avec les deux capitaines d’une boutique pas comme les autres.

L’enseigne « Antiope » késaco ? 

A l’origine de notre projet, nous avions pensé à «Amazone». Vous voyez le jeu de mots avec ces gloutons destructeurs des petits libraires ? (rire) Une belle manière de résister non ? C’est pourquoi nous avons pris le nom de la reine des amazones Antiope. C’est un clin d’oeil à Adrienne Mayor historienne et auteur des «Amazones, quand les femmes étaient les égales des hommes ( VIIIe siècle av. J-C au 1er siècle apr. J-C.)» Elle explique que les Amazones étaient issues d’un peuple égalitaire où les femmes combattaient aux côtés de leurs hommes et étaient honorées comme des soldats lorsqu’elles mouraient. 

Pourquoi lier le livre au gustatif ? 

Outre la raison économique, nous voulons créer un lieu de rencontre. Ici les clients prennent leur temps, ils se «posent» comme dans leur salon. Ils feuillètent un livre, en discutent avec nous, prennent un café ou un en-cas ou viennent déjeuner à la pause de midi. 

Et des rencontres littéraires ?

Oui. Nous envisageons d’instaurer un lieu de partage dans la salle du sous-sol entre lecteurs sur un thème ou des coups de coeur, d’inviter des auteurs en dédicace, en atelier avec des auteurs jeunesse…Nous aussi voulons accueillir des expos photos. Une première est programmée à compter de mi-octobre «Visages de Rome» par Alexandre Larose. 

Vos coups de coeur littéraires du moment ?

«Balles perdues» un roman américain de Jennifer Clément, l’histoire d’une mère et de sa fille qui vivent dans une voiture sur un parking en Floride. En lecture jeunesse à partir de 10 ans «L’appartement – Un siècle d’histoire russe» d’Alexandra Litvina pour faire la connaissance des générations de Mouromtsev, famille moscovite, leurs amis, leurs voisins depuis 1902. Egalement Alain Mabanckou «Les cigognes sont immortelles», une fresque du colonialisme et de la décolonisation au Congo.

Et le volet restauration ?

Nous travaillons avec deux traiteurs locaux «Acciuga» à Cran-Gevrier et «Chez Eux» à Meythet qui préparent de savoureux plats du jour pour le midi ou des petites faims des épicuriens.  

Librairie-café Antiope

Annecy

Tél : 04 56 49 27 63

 

 

Plus d’infos