Calmer son gosse !

TheoRivierenlaan / Pixabay

Bien avant l’adolescence, cette phase ô combien difficile, qui n’a jamais dit : pourquoi j’ai fait un gosse ? Il me tape sur les nerfs… Eh oui, pas toujours simple la progéniture, pourtant elle est là et il faut composer avec. Parce que certains sont un peu « stress », d’autres plus, voici quelques idées crescendo pour les calmer en cas de besoin ou de gros besoin !

Il faut jouer avec lui. Bien souvent, on n’a pas le temps ou on ne cherche pas à le trouver. Pourtant, jouer avec son enfant, c’est, dans l’instant présent, lui faire plaisir et ce sont, surtout, des souvenirs pour la vie.

Pour bien comprendre, la place prépondérante du jeu chez les juniors, lisez « Jouer , faisons confiance à nos enfants». Conférencier dans les universités auprès des professionnels de l’éducation et du grand public, André Stern explique combien jouer est primordial, combien il faut partager et surtout laisser l’enfant aller à son rythme. Le submerger de « tout et de trop » n’est pas non plus la bonne option.

Il faut l’occuper et rien de mieux que la cuisine ! Non seulement, il sera heureux de pâtisser ou de suivre une recette, mais en plus il sera fier de vous faire partager sa création. En amont, bien mettre les points sur les I. La farine ne sert que pour la cuisine et non pas pour décorer la cuisine… Voici deux livres, idéaux pour cuisiner avec les enfants. Pour les plus grands, vous pouvez même en faire un exercice de lecture.

Pour le calmer d’emblée lui dire qu’il va faire des gâteaux comme un grand chef ! Cela devrait l’éblouir car c’est Philippe Uracca qui signe le livre « Pâtisserie, leçons en pas à pas ». C’est fastoche, c’est drôle, c’est plein de bonnes recettes. Parfait pour apaiser le garnement !

Autre ouvrage, « La Cuisine des Enfants », avec des idées salées et sucrées.  Au début du livre, une grande double-page explique les règles d’or de la cuisine : comment peser les aliments, comment se servir d’un four, les précautions à prendre pour ne pas se couper ni se brûler.

Yesss, il est calme et en plus, rien à cuisiner ce soir, youpiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

L’inscrire à des ateliers manuels. Le jeu de la barbotine ou autres occupations, tout est bon à prendre pour apaiser les esprits. Ce ne sont pas les solutions qui manquent. Villes et villages ont toujours des associations ou autres qui proposent ce type d’activités pour les enfants. N’hésitez pas à l’inscrire ! Parmi celles recommandées,  le jeu de la barbotine, inventé par un céramiste suisse, Daniel de Montmollin.

Cet atelier ludique est né de recherches, afin de trouver des solutions pour apaiser. Avec les mains, on oublie toute obligation intellectuelle et on a le droit de se salir, de se mouiller et de laisser gambader son esprit.

C’est tout bête… Il suffit de plonger ses mains dans le kaolin et, sur une table en bois ou un tableau noir, s’amuser à dessiner, peindre, laisser ses empreintes. C’est tout doux et quelle joie que de pouvoir avoir les mains sales sans se faire gronder !

Le détendre grâce au yoga. C’est à Barbara Porret, entre autres, que l’on doit l’événement,  Les 100 Ciels, aux Gets, durant l’été dernier, qui proposait un voyage dans le monde du bien-être.  Au quotidien, elle pratique, le yoga pour les enfants.

Cours de yoga donné aux Gets durant l’événement Les 100 Ciels

Quand l’enfant bouge et s’assoit, vers les 2 ans, avec les parents, les choses sont ludiques. Il  y a de la musique, elle raconte des comptines  et fait faire des postures de yoga dans le jeu ce qui aide le petit, à se développer, à sa coordination, à lui faire sentir son corps. Pour les 4 à 6 ans, sans parents, elle raconte des histoires de yoga, de voyage en Inde, d’animaux… Il en découle des postures de yoga, là encore, comme un jeu.

Toujours aux Gets !

De 7 à 11 ans, elle travaille sur un thème comme les émotions. Elle les interroge. Pour la colère, par exemple : tu fais quoi ? Tu es comment ? De là, elle leur propose une initiation aux postures pour évacuer cette colère et repartir sur autre chose. Elle leur apprend la respiration sur le moment, selon ses émotions. A tester de suite !

Le faire passer entre des mains expertes. Après des années comme éducateur spécialisé, Philippe Satche est appelé par le reiki. Depuis 3 ans, cette pratique énergétique, il la met au service des autres. Il rencontre un maitre reiki ( il y a une hierarchie ) qui lui enseigne les bases et il atteint le 1er niveau en 2014 puis le second en 2015.

Une personne qui fait du reiki est une « antenne » entre l’énergie ambiante et le « patient ». Il guérit les tensions, le stress ou la nervosité, même chez l’enfant où les séances sont moins longues et plus légères. Il lui apprend à se détendre, à se calmer. Par un positionnement des mains, il envoie les bonnes énergies.

Conscient que nombre de « charlots » existent dans la pratique, il met en garde. Pour se prémunir, il a rejoint Reiki Alliance, un gage de sérieux. Pas mal, ça le reiki pour calmer le môme !

Voilà quelques idées. Vous pouvez, aussi, faire appel à la méditation. Du côté d’Annecy, Anne-Cécile Elias a fait une formation pour pratiquer en milieu scolaire avec des résultats plus que probants. Elle travaille, aujourd’hui, pour les privés. Autre façon de faire, proposer une bonne idée au niveau scolaire ! Par exemple, à l’école de Morzine, Barbara Porret vient, une fois par semaine, apprendre aux enseignants et aux élèves, le MISP ( massage in school program), reconnu par l’Education Nationale. Elle montre des gestes qui se font sur les vêtements, qui aident à se détendre, qui soudent les enfants et qu’ils peuvent refaire en famille. Avec tout cela, votre petite tête blonde va devenir ultra zen…

→ JOUER, faisons confiance à nos enfants
Edition Acte Sud
Prix : 22€

→ Pâtisserie, leçons en pas à pas
Edition Chêne
Prix 19.90€

→ La cuisine des enfants
Edition Larousse
Prix : 16.50€

→ Yoga : www.keolan.com
→ Reiki : www.ae-therapies.com/therapies/reiki
→ Relaxation : ac.elias@outlook.fr